Accueil     Contact     banniere de jardihaie     facebook     English

Le jardinage naturel

Le jardinage naturel répond à certaines règles et principes de bases :

LA PRÉPARATION DU SOL :

Une terre argileuse sera travaillée en automne alors qu'une terre légère le sera au printemps. La terre sera retournée en surface seulement pour ne pas bouleverser l'équilibre biologique du sol. Il faudra éviter de laisser le terrain nu et le recouvrir de paillages ou d'engrais verts ; les interlignes entre les cultures tireront avantage également à être paillées.

Une couche chaude permet d'avancer certaines cultures. Elle peut être préparée dès le mois de février, elle est composée de 40 à 60 cm de fumier de cheval frais. Il sera recouvert de 10 cm de bonne terre de jardin puis de 2 cm de terreau tamisé ; le tout sous un châssis orienté plein sud. Il faudra encore attendre 15 jours pour semer, le temps que la température de la couche descende en dessous de 25°C.

LES AMENDEMENTS DU SOL :

Le compost sera utilisé à raison de 2 à 15 kg/m2 selon la richesse de votre sol, en automne, pour les terres lourdes et au printemps, pour les sols légers . Le compost est l'élément indispensable du jardinage naturel. Le tas doit être situé dans un endroit abrité des vents froids et entouré de 3 murets. Je conseille d'en faire au moins deux tas, ainsi, vous en aurez toujours un prêt à être utilisé. Sa composition peut être à base de paille, de tonte d'herbe, de feuilles mortes (sauf fruitiers). Il sera complété par les déchets du potager, les fleurs fanées, les épluchures de légumes, de la cendre de bois, de la sciure, de la poudre d'os et de la terre de jardin. Des algues brunes peuvent également être ajoutées si vous habitez près de la mer. Les couches seront montées progressivement, le tas doit être déplacé afin d'être retourné de temps en temps pour favoriser la fermentation. Les orties non montées à graines et des arrosages au purin d'ortie apporteront des sels minéraux indispensables à l'équilibre de votre compost. Quand votre tas sera fini vous pourrez alors le recouvrir pendant 3 mois pour l'abriter avec une bâche avant de l'utiliser. Le compost améliore la structure et la fertilité de votre sol, il entretient la vie microbienne par l'ingestion de ses éléments qui seront ainsi rendus assimilables par les plantes grâce aux organismes microscopiques et aux vers de terre.

Les cendres de bois seront utilisées en toutes saison à raison d'1kg/10m2. Attention à ne pas les laisser en surface mais incorporez-les au sol. La cendre de bois doit provenir uniquement du bois de la cheminée, elle est riche en potasse, phosphore et oligo-éléments. Les cendres de bois pourront être ajoutées par petites quantités au compost pour améliorer sa structure. Elles conviennent particulièrement à améliorer les sols sableux.

Le fumier composté et séché est incorporé à raison de 2kg/10m2 en automne en sol lourd et au printemps en sol léger. On peut le trouver sous forme de granulés irréguliers et sans odeur. Il améliore la structure et la fertilité du sol et entretient la vie microbienne.

La tourbe est incorporée en automne ou en hiver à raison de 25 à 50 l/m2. Elle représente également une solution rapide et pratique pour créer de petits massifs de fleurs. La tourbe allège les terrains lourds et enrichit le sol en humus mais elle ne contient aucun élément nutritif.

Le sable est incorporé en automne à raison de 10 l/m2. Cette opération peut être renouvelée éventuellement. On utilise du sable grossier de 4 mm de diamètre provenant des marchands de matériaux. Le sable améliore le drainage des sols argileux.

Le basalte est incorporé en automne ou au printemps à raison de 2 à 3 kg pour 10 m2. Le basalte est de la poudre de roche volcanique finement broyée. Il est riche en silice (améliore la résistance des plantes) et en oligo-éléments. Le basalte donne du corps aux sols sableux et allège les sols lourd, il neutralise également les pH trop acides ou trop basiques.

La bentonite est incorporée en automne ou en hiver à raison d'1 kg pour 10 m2. La bentonite est une argile très fine en poudre qui peut absorber jusqu'à 20 fois son volume en eau. Elle donne du corps aux sols sableux qui retiendront mieux l'eau et les engrais.

Le lithothamme est incorporé en toutes saisons à raison de 400 g pour 10 m2 la première année. Ensuite 100 g suffiront les années suivantes en entretien. Le lithothamme est une algue marine séchée et broyée en poudre. Il peut être utilisé dans la fabrication des purins d'ortie pour lui apporter des éléments nutritifs et atténuer les mauvaises odeurs. C'est un amendement calcaire pour les sols acides nettement préférable à celui de la chaux. Son action est lente et prolongée, il contient plus de 30 oligo-éléments nutritifs.

LES AMIS DU JARDINIER :

  • La taupe mange son poids en courtilières, limaces, vers gris et larves.
  • Le hérisson s'occupe des mollusques et des chenilles.
  • La chauve-souris se nourrit de papillons.
  • Le crapaud apprécie les limaces et les larves.
  • la coccinelle s'attaque aux pucerons, aux cochenilles et aux aleurodes.
  • Le carabe adore les doryphores.
  • La guêpe aime les insectes et les chenilles.
  • Les oiseaux se nourrissent de divers insectes et de larves : Le rouge-gorge raffole des pucerons ; le merle, la grive, le geai, la pie mangent vers et mollusques ; les chouettes et hiboux s'attaquent aux rongeurs et...aux taupes.

LES PARASITES DU JARDIN :

  • La courtilière est un orthoptère particulièrement redouté au jardin dont le principal prédateur est la taupe. Si vous n'avez pas de taupes, piégez les courtilières avec un peu d'essence de térébenthine dans des boites placées au ras du sol.
  • Les pucerons sucent la sève des plantes. Des pulvérisations de purin d'ortie et de savon noir seront efficaces. L'ail repousse les pucerons, j'en plante toujours au pied des rosiers.
  • Le taupin est un coléoptère dont la larve s'attaque aux racines. Une bonne rotation de culture et des fertilisations aux engrais verts est une prévention indispensable.
  • Les mollusques (limaces et escargots) se régalent de jeunes plantes. Ils se ramassent à la main ou se piègent avec de la bière. De la cendre de bois ou de la sciure de bois protègera vos cultures sensibles.
  • l'altise est un petit coléoptère qui s'attaque principalement aux crucifères. Une décoction de savon noir et de nicotine devrait en avoir raison.
  • La piéride du chou est un joli papillon blanc dont les chenilles dévorent les feuilles. Une décoction de tanaisie sera efficace. Je dépose également mes gourmands de tomate sur les choux, l'odeur particulière éloigne le papillon.
  • Les noctuelles et les teignes sont aussi des chenilles. On utilisera la tanaisie ici aussi comme pour la piéride.
  • Les campagnols et les mulots sont des rongeurs. Leurs prédateurs vivent dans les haies. Si vous n'avez pas de haie buissonnante, vous créez un déséquilibre et ils prolifèreront...

LA LUTTE CONTRE LES MALADIES ET PARASITES:

La meilleure prévention reste une bonne rotation des cultures. Les insecticides végétaux ne doivent être utilisés qu'en dernier recours ils seront à base de pyrèthre et de roténone et appliqués le soir. Vérifier dans la composition du produit que des produits chimiques n'ont pas été ajoutés.

Le lithothamme est une algue calcaire riche en oligo-éléments qui renforcera la résistance de vos plantes. Elle active la végétation et combat pucerons et chenilles. La bouillie bordelaise est un mélange de chaux et de sulfate de cuivre et s'utilise en prévention ou en début d'attaque de maladie cryptogamique. Les solutions à base de savon noir contiennent 200 g de savon noir, 1/2 l d'alcool à brûler et 10 g de sel marin et s'utilisent contre les pucerons, les araignées ou les chenilles.

LES EXTRAITS VEGETAUX :

Voici 7 bonnes raisons d’utiliser les extraits végétaux :

  1. Ils sont naturels et préservent l’environnement. Les extraits végétaux sont obtenus par fermentation ou extraction, décantation et filtration.
  2. Ils s’emploient sur toutes les plantes. Du potager au jardin d’agrément, du verger aux plantes d’intérieur...
  3. Ils sont riches en oligo-éléments et principes actifs. Ils contiennent également en quantité appréciable et assimilable de l’azote, de la potasse, du phosphore et les sels minéraux nécessaires aux végétaux.
  4. Ils sont bio-stimulants et favorisent la croissance. Ils possèdent des qualités fertilisantes, dynamisantes, antiseptiques. Ils agissent à chaque stade de la croissance des végétaux.
  5. Ils renforcent les défenses immunitaires des plantes. Contre la plupart des maladies (mildiou, oïdium, chlorose...) Ils augmentent leurs résistances face aux attaques de parasites.
  6. Ils s’utilisent 9 mois sur 12 (de février à novembre). D’un emploi facile, ils se diluent à l’eau (10% en général) et s’emploient en arrosages et/ou en pulvérisations foliaires.
  7. Ils n’altèrent pas le sol. Ils stimulent au contraire, l’activité des micro-organismes et leur action bénéfique.

Le purin d’ortie est un activateur de croissance, il est particulièrement recommandé pour :

  • Favoriser l’enracinement de toutes vos plantations.
  • Développer les cultures après la levée des semis.
  • Apporter des sels minéraux aux légumes feuilles et aux plantes vertes.
  • Nourrir toutes les vivaces à la sortie de l’hiver.
  • Agir contre la chlorose.
  • Prévenir du mildiou.
  • Favoriser les bouturages.
  • Lutter contre les parasites des racines.
  • Enrichir le sol.
  • Activer le compost.

Pour le fabriquer soi même, comptez un kilo d'orties non montées à graines pour 10 l d'eau. Pour atténuer l'odeur, vous pouvez rajouter du lithothamme. Quelques jours après, vous l'utiliserez dilué avec 90 % d'eau, voire 80 % pour traitement contre les maladies ou les parasites.

Le purin de consoude prendra le relais pour :

  • Favoriser et prolonger la floraison.
  • Favoriser la fructification.
  • Aider à la production de graines.
  • Apporter des sels minéraux aux légumes fleurs et aux légumes fruits.
  • Nourrir les fruitiers ainsi que tous les fruits rouges et les agrumes.
  • Nourrir les rosiers et vivaces à fleurs dès le mois d'avril.
  • Lutter contre las parasites et les maladies du sol par son action antiseptique.
  • Enrichir le sol et le compost.

L’extrait de prêles apportera à vos plantes de la vigueur pour :

  • Reminéraliser vos végétaux.
  • Lutter contre l’oïdium.
  • Lutter contre les maladies cryptogamiques (tâches noires du rosier, cloque du pêcher, moniliose...).
  • Lutter contre les pucerons, la cochenille, l’aleurode, les altises...
  • Enrichir le sol en silice.

Le purin de fougères est un allié contre les parasites pour :

  • Ecarter les limaces et les escargots (s’emploie pur).
  • Lutter contre le taupin.
  • Lutter contre les acariens (araignées rouges).
  • Lutter contre le puceron lanigère.
  • Lutter préventivement contre la cochenille.
  • Lutter contre la cicadelle.
  • Enrichir le sol en calcium et en potassium.

Le jus pur de consoude s'utilise pour :

  • Cicatriser et soigner lors des élagages, tailles et greffes.
  • Favoriser la repousse (application au pinceau non dilué) après les greffes et tailles.
  • Lutter contre les maladies cryptogamiques en association avec la prêle pour une action fongicide.
  • Lutter contre las parasites et les maladies du sol et du compost par son action antiseptique (dilué de 1 à 2%).
  • Enrichir le sol comme fertilisant (dilué à 1%).

Autres extraits végétaux :

  • Le purin de gourmands de tomate s'utilise contre la piéride du chou et la teigne du poireau.
  • La décoction de tanaisie consiste à faire tremper pendant une journée 400 g de tanaisie dans 10 litres d'eau. Laisser ensuite bouillir 15 minutes, couvrir et laisser refroidir, enfin filtrer. Elle s'utilise en pulvérisation contre les altises, les pucerons, les noctuelles et la piéride !.
  • La décoction de sureau contre les altises, les noctuelles, les thrips.

JARDINER AVEC LA LUNE :

Jardiner avec la lune n'est efficace que si l'on jardine uniquement avec des produits naturels. Un cueilleur de champignons sait que la lune influence la pousse mais s'il n'a pas d'eau, pas de champignons ! La lune influence également les semis et repiquages au jardin naturel. Bien évidemment, le climat a un rôle prépondérant et il serait vain de s'obstiner à semer parce que "la lune est bonne" alors qu'il gèle ! La lune croissante se situe entre la nouvelle lune et la pleine lune. Quelques jours avant la pleine lune je sème et je repique plutôt les légumes racines et les légumes feuilles. En lune décroissante, je sème quelques jour avant la nouvelle lune les légumes fruits et les légumes graines. Ainsi pour éviter une repousse trop rapide du gazon, je tonds de préférence en lune décroissante. Il ne faut pas confondre lune croissante et décroissante avec lune montante et descendante (par rapport à l'horizon). Par contre, je suis plutôt sceptique sur les calendriers lunaires avec l'influence des constellations pour les légumes feuilles (signes d'eau), racines (signes de terre), fleurs (signes d'air), fruits (signes de feu). Mon expérience dans ce domaine ne m'a pas permis de tirer des conclusions contrairement au rôle non négligeable de la lune croissante et décroissante !

Revenir en haut