Accueil     Contact     banniere de jardihaie     facebook     English
Culture et conservation de la pomme de terre La pomme de terre aujourd'hui Les différentes variétés de pommes de terre Différentes photos de pommes de terreDiététique et recettes

Culture et conservation de la pomme de terre

La culture de la pomme de terre dans les Andes.

Les Incas cultivaient la pomme de terre en tète de rotation, après la jachère. C'est encore le cas aujourd'hui. Mais les cultures sans labour ont été abandonnées au profit d'un pré-labour. La pomme de terre est cultivée en altitude pour remédier au phénomène récurrent de la dégénérescence des tubercules.

Au dessus de 2000 m, on plante à la Saint-Jean la papa imilla et la papa runa en petits sillons groupés en épis pour retenir l'eau d'irrigation. Au dessus de 2500 m, on butte fin juillet et on sème immédiatement le maļs associé avec des haricots à rames et des calebasses comestibles. Entre 2500 et 3500 m dans les terrains sans irrigation, on plante en février la papa pureja que l'on récolte en mai.

Les 300 variétés de pommes de terre cultivées originaires de la région du lac Titicaca se cultivent et se multiplient entre 3000 et 4800 m d'altitude. On coupe les beaux tubercules en quartiers de un à trois yeux et on les plante en lune descendante en haute altitude, car en dessous de 3000 m, elles se reproduisent mal et dégénèrent. Elles se conservent à l'étage des maisons en tas coniques, sur des claies en bambou. On dispose sous le tas, du feuillage de muña (plante insecticide à l'odeur de menthe). On place également quelques rondelles d'isaño (un tubercule à la saveur âcre) ou des petites pommes acides pour éloigner les vers.

Chuño, tunta et papa seca :

Au dessus de 4000 m et jusqu'à 4800 m, on cultive la pomme de terre amère, très résistante aux gelées. Elle est consommée lorsque son amertume a été enlevée par sa transformation en chuño. Les tubercules sont exposés successivement aux actions répétées du gel et du soleil puis sont séchés et conservés pendant des mois, voire des années. Cette technique préfigure la lyophilisation.

Pour préparer la tunta, il faut choisir des pommes de terre moyennes que l'on expose 2 ou 3 nuits aux gelées. Ensuite les tubercules sont mis dans des sacs de jute et plongés dans un puits pendant 15 à 20 jours. En les faisant sécher, les tubercules prendront une couleur blanche.

La papa seca est une pomme de terre cuite, pelée et exposée à la gelée quelques jours.

Une recette coutumière des Andes :

Tremper dans l'eau la tunta environ une heure et le chuño une nuit. Quand les pommes de terre sont molles, les déchiqueter en 4 ou 6 morceaux avec les doigts. Cuire à l'eau. Mélanger les pommes de terre avec du fromage frais, réduit en grumeaux. on peut cuire aussi le chuño avec d'autres légumes et le mélanger avec des herbes aromatiques pour confectionner des galettes.

La culture de la pomme de terre en France.

La pomme de terre se multiplie par la plantation de tubercules entiers ou fragmentés, par bouturage ou par semis. Des producteurs de plants certifiés vous garantiront des plants indemnes de maladies.

La reproduction clonale indéfinie de tubercules provoque un vieillissement physiologique : la dégénérescence des pommes de terre , voire leur disparition, mais de vieilles variétés sont maintenant régénérées par micro-bouturage in-vitro en France par l' I.N.R.A.

Les meilleurs récoltes sont obtenues dans des sols humifères, profonds et légers, en tète de rotation après un engrais vert. La pomme de terre est gourmande en potasse mais déteste les excès de fumure et d'azote. Apporter du compost "maison" enrichi de cendres de bois.

Eviter de planter des pommes de terre deux fois de suite au mème endroit, éviter également une association avec d'autres solanacées comme l'aubergine ou la tomate. L'idéal est de planter des pommes de terre germées. Les plants auront été placés sur des clayettes, à la lumière et au frais mais à l'abri du gel. La plantation s'effectue avec une houe ou une bèche dans des trous de 10 à 15 cm de profondeur, en quinconce, espacés de 40 à 50 cm sur le rang, les lignes étant distantes de 60 à 70 cm. Les pommes de terre se développant au dessus de la semence, le buttage est indispensable au fur et à mesure de la levée des tiges. Biner de temps en temps entre les pieds pour aérer la terre et éliminer les adventices.

La récolte et la conservation des pommes de terre.

La récolte des pommes de terre s'effectue une fois la végétation complètement fanée. Les laisser quelques jours "ressuyer" sur le sol puis les rentrer pendant 2 semaines dans un endroit tempéré à l'abri de la lumière pour éviter le verdissement. Les rentrer ensuite en cave. En perdant ainsi une partie de leur eau, elles se conserveront beaucoup mieux.

Pour conserver des pommes de terre longtemps, il faut déjà choisir des variétés tardives ou semi-tardives et les entreposer dans des endroits frais à l'abri de la lumière, des gelées ,de l'humidité et ...des rongeurs. Pulvériser du charbon de bois pilé sur les tubercules pour retarder la germination. On peut les enfouir également dans du sable sec. Pour des quantités plus importantes, on fabriquera un silo.

Maladies et parasites de la pomme de terre.

Le mildiou est provoqué par un champignon microscopique. Ce sont les effets combinés de la chaleur et l'humidité qui provoquent son apparition. Des taches jaunes, puis brunātres, apparaissent d'abord sur les feuilles. Ensuite, elles semblent grillées. Enfin les tubercules sont touchés à leur tour. La lutte préventive contre le mildiou consiste à pulvériser de la bouillie bordelaise à partir de la mi-juin. La proximité du raifort crée une association de culture favorable.

Le doryphore est un coléoptère jaune et roux qui possède la particularité de procréer trois fois par an. La ponte se fait sous les feuilles, les œufs sont de couleur jaune et les larves deviennent rouges. Il faut alors traiter très rapidement car , en quelques jours, tout le feuillage peut ètre mangé et le pied perdu. Pulvériser alors un mélange de bouillie bordelaise et de roténone.

La dégénérescence des tubercules est liée directement à une perte de rendement. Après quelques années consécutives de culture, la plantation d'anciennes variétés devient impossible. C'est ainsi que nous perdons tous les ans de nombreuses variétés anciennes de pommes de terre présentées lors du Festival de la pomme de terre.

Il est toutefois possible de régénérer certaines variétés par une méthode hollandaise de sélection en masse ou par une culture midchourinienne.

La méthode hollandaise consiste à repérer les plus belles touffes foliacées à l'aide d'un bāton. Arracher avant la maturation complète. Celles qui auront un rendement élevé à la récolte et des tubercules bien formés seront exposées aux intempéries 30 à 40 jours à mème le sol. Les tubercules verdiront (noirciront presque) et pourront alors transmettre à leur descendance, leurs bonnes qualités.

La culture midchourinienne consiste à permettre aux tubercules de retrouver les conditions atmosphériques de leur pays d'origine et d'entrer en végétation lorsque les doryphores ont atteint la fin de leur cycle de reproduction. Ce système présente une difficulté la première année pour conserver le plant jusqu'en juillet, époque de la plantation. Ne pas pourchasser les doryphores dont le pouvoir reproductif est amoindri pour que les plants s'adaptent à la défense pour devenir réfractaires aux insectes. Ainsi, dans le Puy de Dōme à Saint-Anthème à 1300 m d'altitude, on produit Vitelotte noire, Bleue d'Auvergne, Ratte (ou Corne de Mouton), Cornichon hâtif, Misterlé, Quenelle de lyon, Ranée...etc.

Revenir en haut